Tout comme les cheveux, la barbe, ça se soigne ! Si certaines barbes se satisfont d’un rasage ou d’une taille régulière, d’autres demandent un entretien plus approfondi.

Attention, cependant : de nombreux produits vendus pour être le haut de gamme des soins pour barbes contiennent en réalité des substances nocives pour la peau et les poils. Et vu que seuls les noms latins apparaissent dans la composition, pas toujours facile de s’y retrouver. Petit tour d’horizon des ingrédients à traquer sur les étiquettes des soins pour barbe.

Les sulfates

On le répète assez pour les soins capillaires : les produits contenant des ingrédients se terminant par le suffixe -ate sont à bannir de votre armoire à cosmétiques, car toujours d’origine chimique. Le sulfate est un puissant agent nettoyant. La preuve ? On le trouve dans la plupart des produits ménager ! Un soin qui contient du sulfate se reconnaît grâce à son fort pouvoir moussant et dégraissant, mais la contrepartie est rude : le poil est fragilisé, et la peau, asséchée et irritée, doit compenser par une plus grande production de sébum… ce qui vous force à nettoyer votre barbe plus régulièrement ! Autrement dit, plus vous la dégraissez, plus elle devient grasse, plus vous avez besoin de la dégraisser… et vous n’en finissez jamais.

Quelques noms à repérer : Sodium/Ammonium Lauryl/Laureth/Coco Sulfate, Empicol, Stepanol, Steol

Phtalates

Les phtalates, que l’on retrouve également dans les matières plastiques, sont utilisés comme fixateurs. Hélas, ils ne fixent pas que le parfum. Longtemps après le soin, ils demeurent sur votre peau, la pénètrent, s’immiscent dans votre organisme, et bon courage pour les déloger. D’ailleurs, s’ils ont été bannis de la composition des jouets, ce n’est pas pour rien : soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens, ils peuvent, à long terme, causer des problèmes de fertilité, des cancers…

Quelques noms à repérer : Phtalic Acid, Diisodecylphtalate (DIDP)

Formaldéhyde

Dilué dans l’eau, c’est un puissant conservateur, utilisé notamment pour conserver… des cadavres. Pas étonnant, donc, qu’il provoque sur la peau des rougeurs, démangeaisons, quand ce ne sont pas des réactions allergiques plus graves. De manière générale, si les conservateurs sont essentiels pour maintenir la qualité du produit, on vous conseillera d’opter pour des soins ne contenant que des conservateurs d’origine naturelle. En effet, la plupart des conservateurs synthétiques peuvent agir comme perturbateurs endocriniens et, à long terme, provoquer des cancers.

Quelques noms à repérer : Formol, Formalin, Formic, Aldehyde, Paraform, Methanal, Methyl Aldehyde Methylene, Oxide, Oxymethylene, Oxomethane, DMDM Hydantoin, Diazolidinyl Urea, Imidazolidinyl Urea, methenamine, Quaternium-15

Huile de paraffine

Cette huile minérale est sans doute l’une des pires ennemies de votre peau après les sulfates. Obtenue à partir du pétrole, elle est utilisée pour améliorer la consistance et la tenue de nombreux cosmétiques. Hélas, comme beaucoup d’huiles, elle obstrue les pores de la peau ; mal éliminée, elle emprisonne les bactéries et favorise leur prolifération. Ce qui occasionne points noirs, boutons, et autres petits problèmes de peau dont vous vous passeriez volontiers. Non contente d’empêcher votre peau de respirer, elle vous empêche également d’absorber tous les autres composants de votre produit, y compris les bons. Enfin, elle ne se dissout que dans l’éther, autrement dit, quand vous l’avez vous, c’est pour longtemps.

Quelques noms à repérer : Paraffinum Liquidum, Paraffin, Ceresin, Petrolatum, Cera Microcristallina, Mineral Oil, Huile Minérale

Que ce soit en cosmétiques, en alimentaire, ou en ménager, si l’on veut évaluer la proportion d’un composant, il suffit de regarder l’étiquette : plus il apparaît haut dans la liste des ingrédients, plus il est présent en grande quantité. Bien sûr, les ingrédients cités dans cet article ne se trouvent généralement qu’en très petites doses dans vos produits de soin. Cependant, utilisés quotidiennement et combinés les uns aux autres, ils peuvent avoir des effets délétères sur le long terme, quand ils ne déclenchent pas des allergies dès les premières applications.

Changer sa routine de soins et opter pour des produits moins agressifs est loin d’être facile, car cela demande une période d’adaptation durant laquelle la peau et la barbe semblent plus grasses, plus ternes, le temps de se rééquilibrer.

Aussi, si vous ne souhaitez pas renoncer à tout immédiatement, quelques marques bio vous proposeront des alternatives composées au maximum d’ingrédients d’origine naturelle. Et, au bout du compte, vous réaliserez que, moins votre barbe reçoit de cosmétiques, moins elle en aura besoin, et mieux elle s’en portera.

Cet article vous a-t-il été utile ?